Breakfast at Ikéa…

Suite à une demande spéciale de la part d’un lecteur d’éviter les sujets concernant mon passé, (trop pittoresque à son gout ?), et de m’orienter vers des sujets plus actuels je me concentrerai aujourd’hui sur le récit bête et simple de ma journée. .. si pâle et morne fût-elle.

Non ces derniers mots étaient purement rhétoriques, ma journée était simplement kiffante.

 

Breakfast at Ikéa…


Si il y a un truc que j’ai toujours eu du mal à comprendre,  c’est bien l’expression Lazy Sunday. Son concepteur, qui ne pouvait être journaliste sportif de toute évidence, n’a pas pris en compte les six autres jours de la semaine… c’est un fait !

Comme il est coutume dans notre civilisation occidentale de consacrer cette  journée de repos au culte, c’est tout naturellement que, en me levant ce matin, (cette après-midi, I mean), je me suis rendue chez Ikvar Kamprad, mon mentor. Forte de l’expérience de mes visites passées, j’ai évité le port de ma jolie veste Tommy Hilfiger jaune. Toute personne ayant un jour porté cette couleur dans ce charmant magasin sait pourquoi…

(J’suis plutôt du genre rendant service et je connais le catalogue dans son intégralité mais y a des limites car, entre les parents de Khévynn l’ayant perdu dans la piscine de boules, le couple de jeunes mariés indécis et la mamy qui ne sait pas utiliser la fameuse clé-à-tout-faire made in Sweden, … j’dois aussi faire mes courses, merde !)

Ce qui a de fabuleux quand on se promène chez Ikéa, c’est que tout a l’air si paisible, tranquille, à la limite de la perfection… Nothing bad could ever happen to you in a place like IKEA (cfr: Breakfast at Tiffany’s). Les couples heureux imaginent déjà les folles nuits qu’ils vont passer dans leur récente acquisition…Un leiïvïk® tout neuf, en bois de sapin. La plus folle nuit sera certainement la première….  Celle de l’assemblage de ladite acquisition. Crise de ménage…insultes diverses… bataille de planches… assommage de copain. Entre « retour d’articles » et « pièces manquantes » le petit kiosque juste avant la sortie du magasin devrait comporter un comptoir petites annonces où j’affiche déjà la mienne : Cherche mec bricoleur. Si possible possédant camionnette.

o-matic

Ce que j’aime aussi c’est visiter les 32m² sdb-chambre-cuisine-cinéma. Tout est là sur une surface minuscule, mais étonnement, on y a même le sentiment d’être à l’aise, limite, d’avoir d’la place. Bon c’est clair que quand j’vais emménager dans leur kot avec ma table de massage, mon vélo Eddy Merckx et le service en porcelaine de ma grand-mère, ca sera directement plus streu. (= étroit, exigu).

pixl

Tout est stratégie commerciale, je sais. Ca va même jusqu’à la bougie saveur pains suédois à la cannelle, je me surprends à respirer son odeur pour m’envoler à Göteborg… que du commercial j’vous dis.

Un truc qui m’a fait marrer aussi c’est quand, à l’entrée du restaurant ma sœur m’a dit : C’est un prix raisonnable ça, le p’tit déj’ à 1euro ! On reviendra plus souvent…  haha on est quand même sorties du magasin avec un caddie rempli de bougies, miroirs, cadres, lampes babiolles et autres indispensables. A 127 euros le p’tit déj, c’est pas si-si bon marché dans le fond.

Bon j’pourrais bien faire un roman sur l’magasin de mes rêves…. Mais j’ai un nouveau dressing et quelques armoires à monter… J’ai déjà prévenu au travail, si ça tourne mal j’pourrais bien devoir m’absenter une petite semaine…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s