Hortense, Hortense,… J’ai toujours trouvé ce prénom délicieux. J’y entrevois certainement un buisson de fleurs hésitant entre la teinte rose ou le dégradé de bleu rappelant la chevelure de l’octogénaire qui les découpe avec délicatesse. Moi, si j’étais elle, je veux dire si la nature m’avait affublée d’un tel prénom, je ferais mine de trébucher dans la rue, histoire de me balader au bras du jeune pompier secouriste faisant preuve d’un peu de zèle à la fin de son service. Je feindrais un léger malaise dans la file de l’épicerie du coin, juste pour ne pas faire la queue et qu’un boy-scout me porte mon cabas jusqu’au quatrième étage sans ascenseur. Mais le plus drôle serait certainement de sonner aux maisons de mon voisinage et continuer ma route en essayant de ne pas me faire pincer. Espérant une remarque d’un riverain crédule, j’imagine qu’il me demandera où sont passés les chenapans. Mais ce jour là, vous ferez tous preuve d’une délicate indulgence,… quand même, j’aurai 84 ballets 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s