J’ai toujours eu un faible pour les fautes d’orthographe. Elles sont un accord subtil entre l’instinct créatif et le vagabondage. Il m’est arrivé d’habiller un mot de trois manières différentes dans un même papier. Aucun n’était correct. Ca reste à ce jour ma plus grande prouesse littéraire.

 

Publicités