Foulée après foulée, elle nous dépossédait de nos enveloppes charnelles, dévoilant des automates d’acier qu’aucune faille mécanique ne pouvait altérer. Avec suavité, tel une caresse, nous retrouvions soudain l’essence même de ce que nous avions si vulgairement appelé un jour, course à pied.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s